Actualité, Billet d'humeur

Charlie Hebdo: un autre regard sur la liberté d’expression.

Le massacre perpétré mardi chez Charlie Hebdo est un véritable tremblement de terre. Cet attentat ignoble commis en plein cœur de Paris m’a profondément touché.

Au-delà des morts, des cris et des larmes, ce sont nos démocraties occidentales qui ont été touchées en plein cœur. Un groupe d’hommes a décidé que nos lois (qui sont aussi les leurs) ne leur étaient pas suffisantes. C’est intolérable.

Aujourd’hui, plus que jamais, il nous faut nous rappeler les deux valeurs fondamentales qui sont à la base de nos sociétés de Droits : la liberté et l’égalité. Deux principes démocratiques indissociables, portés par la Révolution française, et qui se trouvent pourtant déjà opposés dans bon nombre de réactions aux crimes perpétrés ce mardi.

Certains brandissent déjà haut et fort la seule liberté d’expression face aux kalachnikovs de l’obscurantisme et s’insurgent contre toute forme de censure. Ce qui était hier encore un journal satirique, provocateur et, il faut bien le dire, quelques fois dérangeant, est accroché aujourd’hui sur le porte-étendard d’une croisade contre toutes formes de limites à notre liberté d’expression.

Il est non seulement essentiel de conserver le plus grand respect pour toutes les minorités culturelles ou religieuses de nos pays, mais aussi de conserver un certain débat vis-à-vis de la liberté d’expression dans une perspective d’égalité. Le Droit tel qu’il a évolué depuis la Révolution française tend à défendre tant l’égalité des hommes et de femmes que la liberté d’expression.

Nos garde-fous législatifs nous ont permis de mettre en lumière des questions sur les limites de la liberté d’expression. En laissant au juge l’appréciation du caractère haineux ou raciste, sans édicter de règle absolue ou de code de bonne conduite, la loi permet d’ouvrir des débats qui prennent place bien avant les conclusions juridiques. Par cette zone grise législative, le législateur a réussi à ouvrir des discussions que nous n’aurions probablement jamais eues s’il n’y avait lieu qu’à tenir compte d’une sacrosainte liberté d’expression. Et force est de constater que ce ne sont plus tant les juges qui jouent aujourd’hui le rôle de garde-fous, mais les débats et le questionnement qui précèdent toute démarche juridique.

Ainsi, nous vivons dans une société qui s’interroge perpétuellement sur ce qu’il y a lieu de dire et de ne pas dire, sur ce qu’on a lieu d’exprimer publiquement ou de garder pour soi, dans le respect de l’autre, et ce, bien avant qu’une autorité ne s’en saisisse. Et force est d’ailleurs de constater que, dans les faits, les juges ont bien peu à se prononcer sur la liberté d’expression, car les débats publics font déjà fonction de régulateurs dans un grand nombre de cas. La loi, par la simple crainte de ses conséquences, permet aux médias, aux politiques et à tout citoyen d’interpeler, de débattre, de discuter de questions de fond qui semblent plus importantes que jamais dans notre société actuelle.

Oui, on a le droit de trouver que certains vont trop loin dans leurs caricatures, oui, on a le droit de s’insurger contre les conférences de certains polémistes, oui on a le droit de trouver que certains mots, certaines idées ne devraient pas être prononcées publiquement. On a le droit de le dire, d’en discuter et d’en débattre. Et ce droit nous est garanti par la loi.

Je ne veux pas d’un monde où l’égalité est subordonnée aux libertés individuelles. Je ne veux pas d’un monde où l’expression des uns signifie la discrimination des autres, sans droit de recours. Rappelons-nous que les États-Unis, défenseur de la liberté d’expression par excellence, font face aujourd’hui à une énorme vague de protestations qui ne sont probablement que le sommet émergent de l’iceberg des discriminations raciales.

Les provocateurs et les lois anti-discrimination doivent donc continuer de coexister. Ils sont indissociables les uns des autres. Enlever l’un, c’est se priver d’un débat essentiel qui ne nait que par la contradiction provoquée entre ces deux logiques opposées.

Le salut de notre société ne vient pas uniquement de notre capacité à nous exprimer librement, mais surtout de notre capacité à nous poser des questions de fond, à débattre et à remettre nos règles en question.

Charlie Hebdo a été bien plus qu’un pourfendeur de la liberté d’expression. Ces hommes et ces femmes auront provoqué la polémique sur notre propre société, sur notre respect de l’autre, sur la place que nous souhaitons faire aux musulmans et aux minorités religieuses. En allant – peut-être, parfois – trop loin, Charlie a participé à la conscience collective. Rendons leur hommage aussi en ce sens.

Publicités
Par défaut
Billet d'humeur

Un peu de recul. Ou comment ma boite aux lettres m’a ramené à la réalité.

ImageIl est 20h30, je rentre chez moi. Comme tous les soirs, avant de m’affaler sur mon fauteuil, j’ouvre ma boite aux lettres.

Au milieu des publicités pour des salons en solde, des dépliants de la grande distribution, des tracts politiques et de quelques factures, je trouve un petit mot.

Ecrit à la main puis photocopié et soigneusement plastifié, le message m’interpelle: « Cherche travail dans le nettoyage, repassage, course alim. Tous travaux. Bâtiment intérieur et extérieur. Homme à tout faire. Disponible ».

Ce soir, je me sens coupable.

Coupable d’avoir pris part ces dernières semaines à tous ces débats au sujet d’un homme qui tient des propos douteux et de ce ministre d’un autre pays (je suis belge) qui bafoue les règles démocratiques les plus élémentaires.

Coupable d’avoir oublié toutes ces personnes qui chaque jour, vivent au jour le jour et en se demandant ce qu’ils vont pouvoir faire pour nourrir leur famille.

Coupable de penser que ma journée a été difficile parce que j’ai reçu plus d’e-mails professionnels que d’habitude.

Coupable de faire partie d’une classe de privilégies qui ont un travail, mangent à leur faim et partent en vacances deux fois par an.

Coupable de participer moi-même à cette société qui crée des inégalités.

Coupable d’avoir oublié les réalités de notre société.

A toi qui m’a écrit, je ne peux pas t’offrir de travail. Mais je diffuse ton message car au delà de ce marasme médiatique, de l’actualité people, des propos sans queue ni tête et des débats, tu existes, qui que tu sois.

Et on ne peut continuer de parler, débattre ou agir en oubliant qui tu es et ce que tu dois faire, chaque jour, pour t’en sortir. On ne peut continuer sans prendre conscience que le vrai combat de notre société, reste la lute contre les inégalités. Celles qui t’ont amené, aujourd’hui à déposer ta requête dans ma boite aux lettres.

La liberté de manger vient avant la liberté de penser ou de pratiquer sa religion.

Merci de me l’avoir rappelé aujourd’hui.

Par défaut